fbpx

Périnatalité – 3 bonnes questions à poser

Périnatalité – 3 bonnes questions à poser

Comment bien conseiller les problèmes de fuite urinaire, la sensation de lourdeur à l’effort ou la douleur ?

Dans la conception d’un programme d’exercice ou de remise en forme, on s’adapte aux demandes du client(e) et on s’informe des blessures physiques afin d’élaborer un programme d’exercice personnalisé. Chez la femme en périnatalité, cette adaptation est très importante mais souvent très peu questionnée par gêne ou ignorance. En effet, avant de faire un programme d’exercice à une femme enceinte ou en post-natal, il est important de poser les bonnes questions!

Si une femme enceinte vous parle de fuites urinaires, il est important d’éviter les exercices avec impacts pour ne pas fragiliser davantage son plancher pelvien! Une référence en rééducation périnéale et pelvienne est conseillée afin de lui enseigner un programme d’exercice adapté à sa condition. Les exercices du plancher pelvien.

Après un accouchement, il peut être normal pendant les premières semaines (environ 8-12 semaines) d’avoir des fuites urinaires à l’effort.[1]Selon les études, environ 1 femme sur 3 aurait des problèmes d’incontinence urinaire après l’accouchement.[2]Cependant, ce problème doit être pris au sérieux et réglé avant le retour aux activités physiques avec impacts.

Ce phénomène peut être dû à une faiblesse du plancher pelvien ou une descente d’organe. Tout comme l’incontinence urinaire, ces symptômes peuvent être normaux après l’accouchement1.

Il est également normal pour la femme enceinte de sentir plus de pression au périnée dû au poids du bébé. Nous devons donc adapter leurs activités physiques en diminuant les impacts et le soulèvement de charge. Il est recommandé d’avoir des périodes de repos plus longues pour ne pas fatiguer le plancher pelvien.

Les douleurs musculosquelettiques chez la femme en périnatalité sont très fréquentes. Environ 50% des femmes enceintes souffrent de douleur lombaire pendant leur grossesse.[3] La relaxine (cette hormone qui est sécrété chez la femme enceinte provoquant l’assouplissement et le relâchement ligaments) est souvent responsable de ces douleurs. La musculature doit donc prendre la relève pour améliorée la stabilité du corps. De plus, nombreux changements posturaux surviennent dû à l’augmentation de poids. Après l’accouchement, la relaxine demeure dans la circulation sanguine pendant quelques semaines (et même jusqu’à la fin de l’allaitement pour certaine). Il faut donc rester prudent et éviter les mouvements en fin d’amplitude ou asymétriques.

Les questions précédentes sont pertinentes à poser suite à un accouchement par voie vaginale ou par césarienne.

Pour un programme plus adapté, conseiller à votre patiente de consulter en rééducation périnéale et pelvienne afin d’avoir l’heure juste sur la condition de leur plancher pelvien. Cela évite certains problèmes mais surtout permet de mieux orienter ses activités physiques!

Références

© 2019 Bia Formations Inc. Tous droits réservés.