fbpx

Les adaptations les plus importantes à appliquer à votre pratique lorsque vous travaillez avec des musiciens – Partie 2

Après l'écoute et l'observation, il faut jouer sur l'éducation et les exercices thérapeutiques spécifiques aux musiciens pour bien les traiter.

Par Marianne Roos, M.Sc., Pht, Cand. PhD

Éducation – BEAUCOUP! Adaptée aux musiciens

Comme il a été mentionné dans un blogue précédent, la grande majorité des musiciens ne reçoivent pas de formation sur la prévention et la gestion des blessures ou sur la santé générale, tout au long de leur formation musicale (1). De plus, leur culture comprend plusieurs croyances et habitudes qui ne contribuent pas à la promotion de leur santé, au contraire (ex.: une approche « no pain, no gain » à la pratique de l’instrument, l’évitement des professionnels de la santé, la marginalisation et/ou le jugement des collègues qui font des exercices physiques au travail) (2) !

C’est pourquoi l’éducation est particulièrement importante chez cette population. Il est essentiel de discuter en détail de la quantification du stress mécanique et de leurs habitudes de pratique, en les questionnant sur les moments de la journée qu’ils pratiquent (matin, après-midi, soir, nuit); les échauffements physiques (est-ce qu’ils commencent leur journée de travail avec des échauffements? Ils devraient!); les échauffements qu’ils font (plusieurs musiciens sont hyperlaxes (3) et/ou font des étirements statiques qui ne sont pas nécessaires); le volume auquel ils pratiquent (il est physiquement plus demandant de jouer fort, et ce n’est pas toujours nécessaire); et, facteur important, la fréquence et la longueur de leurs pauses. N’hésitez pas à suggérer des modifications à leur horaire de pratique afin d’améliorer leur quantification du stress mécanique (gestion des charges mécaniques appliquées au corps). Ils ont également besoin de beaucoup de conseils au sujet du repos et du repos relatif après une blessure, ainsi qu’au sujet du retour progressif au travail et à la pratique après des périodes de repos.

Considérations particulières pour la gestion de charge (quantification du stress mécanique) chez les musiciens :

Les musiciens ont surtout besoin d’aide afin d’apprendre à écouter leur corps et à comprendre les signaux que le corps leur envoie. Pour plusieurs qui ont déjà joué longtemps avec des douleurs, il est difficile de changer l’habitude et de respecter ses propres limites. Il est essentiel de commencer avec l’éducation fondamentale sur la douleur : Qu’est-ce que la douleur et qu’est-ce que ça veut dire? Quels sont les différents types de douleur? Quand est-ce trop? Comment faut-il réagir ou s’adapter lorsqu’une douleur est ressentie?

Les musiciens ont également tendance à être intenses et à toujours viser l’excellence et le dépassement. Ils sont habitués à passer plusieurs heures par jour à évaluer leur propre jeu et à essayer de s’améliorer, alors souvent ils appliquent cette habitude automatiquement à toutes leurs activités. Généralement, le musicien est le type de client qui exagère ses exercices, en faisant trop de répétitions avec trop de tension. Lorsque les musiciens font des exercices, ils veulent les sentir! Ils croient souvent que des muscles qui ne brûlent pas ou qui ne sont pas épuisés signifient que l’exercice est mal exécuté (je vois ça si fréquemment!). C’est quoi leur solution? Ils poussent le plus fort possible jusqu’à ce qu’ils ressentent l’inconfort ou le brulement attendu. C’est pourquoi, il importe d’expliquer les paramètres des exercices et les bonnes réponses aux signaux du corps très clairement.

L’écoute du corps : Les musiciens cachent souvent leurs maux/blessures ou attendent le plus longtemps possible avant de consulter (2,3), ce qui augmente le risque de chronicisation. Il est donc très pertinent de discuter des signes précoces d’un problème, de la gestion de ces symptômes et des facteurs qui indiquent qu’il faut consulter.

La nutrition, l’hydratation, la santé générale et l’activité physique sont d’autres sujets importants à aborder, car les musiciens sont des athlètes des petits muscles! (3,4)

Exercices thérapeutiques spécifiques aux musiciens

Dans cette section, je parlerai d’exercices pour les musiciens, mais c’est évidemment une population large! Souvent, nous pensons qu’ils auraient besoin d’exercices spécifiques à chaque instrument : je dirais oui et non.

Offrir un programme d’exercices adapté aux musiciens d’orchestre (incluant les cordes, les vents, les cuivres et les percussions) représente une partie majeure de mon doctorat. J’ai donc passé beaucoup de temps à réfléchir et à faire des recherches au sujet de l’importance d’avoir des exercices spécifiques par instrument. Dans la littérature scientifique, plusieurs études ont exploré l’effet de différents types d’exercice sur la santé physique des musiciens (incluant le Pilates, le renforcement, les entraînements en endurance, la mise en forme générale, Cesar & Mesendieck, les exercices posturaux et le « body mapping », entre autres) (5–10). Les populations de musiciens, la méthodologie de recherche et les résultats sont variables, mais il y a une tendance qui suggère l’efficacité des exercices posturaux adaptés aux musiciens, qui progressent de l’activation posturale de base aux mouvements fonctionnels musicaux. Pour ce qui est des différents instruments, on se rend compte qu’il y a plusieurs points communs entre les demandes physiques des instrumentistes : ils ont tous besoin d’un contrôle adéquat du tronc, du cou et de la ceinture scapulaire, ainsi que de la stabilité et de l’endurance afin de supporter le poids de l’instrument durant la performance de mouvements précis pendant des périodes prolongées. Décortiquons-les ci-dessous:

Les blessures des musiciens sont, dans la majorité des cas, reliées à la fatigue et à la surutilisation. Ils ont donc besoin d’apprendre à optimiser l’utilisation de leur énergie afin de favoriser l’endurance. Voici des points-clés à considérer :

En pratique, voici ce que je recommande (version très condensée!) (5,11) : Les musiciens ont besoin d’une routine d’échauffements physiques dynamiques à faire tous les jours avant leur première séance de pratique ou de répétition; la prochaine étape est d’enseigner l’activation posturale très fondamentale au tronc, au cou et aux épaules; ensuite, les exercices devraient progresser en combinant l’activation posturale de différentes régions du corps en même temps, et en visant des mouvements fonctionnels avec de la résistance et des postures asymétriques aux membres supérieurs pour mimer le poids de l’instrument dans les bras. Ils ont souvent besoin d’apprendre à mieux respirer lors des mouvements, et aussi à relâcher certaines régions du corps lorsque d’autres sont actives. Finalement, ils doivent apprendre à appliquer les apprentissages des exercices au jeu musical (c’est un défi mental!).

Intéressé(e) par la thématique « Musculosquelettique » ? Cliquez ici pour découvrir les formations sur ce sujet!

Cliquez ici pour obtenir les accès au webinaire gratuit sur « comment optimiser la prévention et le traitement des blessures chez les musiciens ». 

Références

  1. Rickert DL, Barrett MS, Ackermann BJ. Injury and the orchestral environment: part I. The role of work organisation and psychosocial factors in injury risk. Medical problems of performing artists. 2013 Dec;28(4):219–29.
  2. Rickert DL, Barrett MS, Ackermann BJ. Injury and the orchestral environment: part II. Organisational culture, behavioural norms, and attitudes to injury. Medical problems of performing artists. 2014 Jun;29(2):94–101.
  3. Chan C, Ackermann B. Evidence-informed physical therapy management of performance-related musculoskeletal disorders in musicians. Front Psychol. 2014;5:706.
  4. Roos M, Roy J-S, Lamontagne M-E. A qualitative study exploring the implementation determinants of rehabilitation and global wellness programs for orchestral musicians. Clinical rehabilitation. 2021 Apr 14;2692155211010254.
  5. Kava KS, Larson CA, Stiller CH, Maher SF. Trunk endurance exercise and the effect on instrumental performance: a preliminary study comparing Pilates exercise and a trunk and proximal upper extremity endurance exercise program. Music Performance Research. 2010;3:1–30.
  6. Roos M, Roy J-S. Effect of a rehabilitation program on performance-related musculoskeletal disorders in student and professional orchestral musicians: a randomized controlled trial. Clinical Rehabilitation. 2018;32(12):1656–65.
  7. Chan C, Driscoll T, Ackermann B. Exercise DVD effect on musculoskeletal disorders in professional orchestral musicians. Occup Med (Lond). 2014 Jan;64(1):23–30.
  8. de Greef M, van Wijck R, Reynders K, Toussaint J, Hesseling R. Impact of the Groningen Exercise Therapy for Symphony Orchestra Musicians program on perceived physical competence and playing-related musculoskeletal disorders of professional musicians. Medical Problems Of Performing Artists. 2003;18(4):156–60.
  9. Nygaard Andersen L, Mann S, Juul-Kristensen B, Søgaard K. Comparing the Impact of Specific Strength Training vs General Fitness Training on Professional Symphony Orchestra Musicians: A Feasibility Study. Medical Problems Of Performing Artists. 2017;32(2):94–100.
  10. Ackermann B, Adams R, Marshall E. Strength or endurance training for undergraduate music majors at a university? Medical Problems Of Performing Artists. 2002;17:33–41.
  11. Drinkwater EJ, Klopper CJ. Quantifying the physical demands of a musical performance and their effects on performance quality. Medical problems of performing artists. 2010 Jun;25(2):66–71.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Du contenu en fonction de vos intérêts vous sera proposé!

© 2021 Bia Formations Inc. Tous droits réservés.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Du contenu en fonction de vos intérêts vous sera proposé!