fbpx

COVID-19 : QUE DOIT-ON SAVOIR? (Partie 2)

ÉVOLUTION CLINIQUE, COMPARAISON AVEC LA CHINE ET PRONOSTIC

Cet article est le deuxième d’une série d’articles dont l’objectif est de faire un rappel concernant les informations reçues sur la COVID-19 et d’y ajouter un sommaire de la littérature actuellement publiée sur le sujet. Tel qu'il a été vu dans l’article précédent, le SRAS-CoV-2 est une affection des voies respiratoires hautement transmissible dont les principaux symptômes sont la fièvre, la toux, la fatigue et la production d’expectorations. Les prochains paragraphes vous présenteront l'évolution clinique et les facteurs pronostiques.

Par Melody Meilleur D.

Alors que le nombre de personnes atteintes ne cessent d’augmenter, nous appréhendons de plus en plus l’impact de la COVID-19 sur les milieux hospitaliers. Bien qu’il n’est pas possible de prévoir ce qu’il arrivera dans les prochaines semaines, l’analyse de l’évolution clinique de la pathologie et une comparaison avec ce qui s’est passé dans les milieux hospitaliers chinois peuvent nous permettre d’avoir une meilleure idée quant à la situation.

Actuellement, la durée de l’incubation irait de 1 à 14 jours et la médiane de la période d’incubation est d’environ 5 jours. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, environ 80% des personnes guérissent sans avoir besoin de traitements particuliers. Toutefois, pour les patients nécessitant une hospitalisation, le délai médian entre l’apparition des symptômes et l’hospitalisation serait de 7 jours. Les complications possibles sont multiples, incluant les pneumonies virales, l’insuffisance respiratoire et les dysfonctions multi-organiques.

Du côté de la Chine, un article récent publié par Fei Zhou et ses collaborateurs présente l’évolution clinique des principaux symptômes et des complications en fonction de la durée de la maladie chez les patients hospitalisés dans 2 hôpitaux de Wuhan, en Chine. Un graphique, présenté dans l’article « Clinical course and risk factors for mortality of adult inpatients with COVID-19 in Wuhan, China: a retrospective cohort study »  illustre bien l’évolution (voir ici).

Selon cette étude, la durée de l’atteinte virale variait entre 8 et 37 jours et était en moyenne de 20 jours chez les survivants. L’âge médian des personnes hospitalisées était de 56 ans, et la majorité était des hommes. La personne la plus jeune avait 18 ans et la plus âgée avait 87 ans. La moitié des patients présentaient des comorbidités, l’hypertension artérielle étant la plus commune. Sur un total de 191 patients inclus dans cette étude rétrospective, 54 patients sont décédés durant l’hospitalisation. Les complications (sepsis, ARDS, choc septique, faiblesse cardiaque) ont été plus présentes chez les patients n’ayant pas survécu. La moitié des personnes qui n’ont pas survécu ont également subi une deuxième infection. Des 32 patients qui ont eu recours à une « ventilation mécanique invasive », 31 patients sont décédés. Bien que ces informations puissent donner une idée pessimiste de la situation au niveau hospitalier, il faut comprendre que cette étude représente une population bien précise et n’est donc pas totalement transférable à notre situation actuelle.

Au niveau des statiques plus générales, il est possible d’estimer un taux de mortalité entre 3 et 5%, pouvant aller jusqu’à 9%. Le taux d’admission dans les unités de soins intensifs serait de 5% et, de ces patients, 42% auraient besoin d’oxygénothérapie. Finalement, concernant les facteurs de mauvais pronostics, les personnes les plus à risque de développer un niveau de sévérité élevé seraient, entre autres, les hommes, les personnes âgées et les personnes souffrant d’autres comorbidités. Durant l’hospitalisation, un score de gravité de maladie élevé (via le score SOFA) des taux élevés de d-dimères et/ou une lymphocytopénie font parties des facteurs de mauvais pronostics.

Finalement, bien que l’ensemble de ses données puissent rendre la situation plus anxiogène, en raison de l’ensemble des efforts que nous faisons pour « aplatir la courbe » et les efforts colossaux de la communauté médicale et scientifique, il est possible que nos résultats soient différents. Les prochains articles aborderont le diagnostic, le traitement et les particularités du milieu de la réadaptation.

Bibliographie

  1. Peter Thomas, P., BPhty (Hons); FACP, Claire Baldwin PhD, B. Physio (Hons) et collaborateurs, Physiotherapy Management for COVID-19 in the Acute Hospital Setting. 23 March 2020(Version 1.0).
  2. He, F., Y. Deng, and W. Li, Coronavirus Disease 2019 (COVID-19): What we know? J Med Virol, 2020.
  3. Santé, O.M.d.l., https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019
  4. Singhal, T., A Review of Coronavirus Disease-2019 (COVID-19). Indian J Pediatr, 2020. 87(4): p. 281-286.
  5. Sohrabi, C., et al., World Health Organization declares global emergency: A review of the 2019 novel coronavirus (COVID-19). Int J Surg, 2020. 76: p. 71-76.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Du contenu en fonction de vos intérêts vous sera proposé!

© 2019 Bia Formations Inc. Tous droits réservés.

Ne partez pas trop vite!

Inscrivez-vous ici pour recevoir du contenu informatif en lien avec vos intérêts.